Des pistes pour le renforcement du système de contrôle Sanitaire et Phytosanitaires (SPS)

Des pistes pour le renforcement du système de contrôle Sanitaire et Phytosanitaires (SPS)

En date du 27 octobre 2022, les parties prenantes aux programmes d’appui et de développement du secteur de l’horticulture ont animé un atelier de revue et de validation d’un plan d’actions prioritaires (PAP) pour le renforcement du système de contrôle SPS au Burundi. Les cérémonies d’ouverture de cet atelier ont été réhaussé par Monsieur Didace NGENDAKUMANA et Monsieur Emmanuel NTAKIRUTIMANA, respectivement Directeur Général de l’Agence de Développement du Burundi et Représentant légal de l’Interprofession des Fruits du Burundi (IPFB). Dans son allocution, le Représentant Légal de l’IPFB a manifesté sa satisfaction pour le pas franchi pour la mise en place d’un programme de renforcement du système de contrôle SPS. En soulignant la pertinence des questions SPS en matière du commerce et surtout l’accès au marché, il a remercié toutes les parties prenantes participant à cette assise et les a demandés de continuer à soutenir cette initiative par la mise en œuvre du PAP chacun en ce qui le concerne.  

IMG 0574

Le Directeur Général de l’ADB à son tour a souligné l’importance des thématiques ayant fait objet d’échanges de l’atelier et a réitéré l’engagement de l’Agence à soutenir toutes les initiatives prévues dans le cadre du PAP. Il a en outre souligné que le PAP et le secteur d’intervention, l’horticulture en l’occurrence concordent avec les domaines prioritaires de la stratégie de l’ADB 2022-2027, récemment adoptée.

Cet atelier fait suite à celui animé au mois de juillet dernier qui avait pour but l’évaluation des besoins en matière de contrôle SPS. Cet exercice d’évaluation ou diagnostic des besoins et d’élaboration dudit PAP vient d’être effectué grâce à l’appui technique et financier de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) dans le cadre de son Fonds pour l’Application des Normes et le Développement du Commerce (STDF) mise en place pour accompagner les pays en voie de développement afin de renforcer la prise en charge des aspects de conformité et de contrôle SPS.  L’accompagnement technique pour le diagnostic et l’élaboration du PAP a été confié à Monsieur BUBACAR Samb expert international en la matière.

IMG 0568

Avant de passer en revue le PAP, Monsieur BUBACAR a rappelé que ce dernier était le résultat d’un travail d’analyse interactive et participative ayant impliqué des groupes techniques tant publics que privés et que le PAP en question était donc conçu comme feuille de route qui permettra de résoudre les lacunes (gaps) observées. Les défis autour de tout ce qui est système de contrôle SPS ont été classés en trois grands groupes à savoir : les défis d’ordre institutionnel, les défis d’ordre technique et les défis communicationnel et relationnel.

Ainsi, en vue de faire face à ces défis, les participants à l’atelier ont validé un PAP composé de 2 fiches d’actions prioritaires ayant pour objectifs :

  • Contribuer à la mise en place d’un Système National de Contrôle des produits horticoles basé sur le risque ; et
  • Contribuer à la mise en place d’un système national de contrôle et de certification phytosanitaires basé sur le risque.

En vue de garantir le suivi-évaluation de la mise en œuvre du PAP, il a été proposé des comités multisectoriels et multidisciplinaires à savoir :

  • Un comité de pilotage qui sera présidé par l’ADB ;
  • Un comité technique sanitaire et
  • Un comité technique phytosanitaire.

En conclusion les participants à l’atelier ont manifesté leur enthousiasme par rapport au travail de planification abattu et un sentiment de gratitude pour l’appui technique du STDF à travers l’expertise de Monsieur BUBACAR Samb. Ils ont en fin souligné l’importance de l’engagement de toutes les parties prenantes pour la mise en œuvre effective du PAP.

 En perspective, l’IPFB et l’ADB procéderont dans un avenir très proche à l’opérationnalisation des actions préliminaires en étroite collaboration avec le STDF pour l’appui financier et avec les autres partenaires.