Login

Zones Economique Spéciales(ZES)

Les Zones Economiques Spéciales sont actuellement reconnues comme des outils indispensables pour l’attraction des investissements tant nationaux qu’étrangers. Cette vision figure aussi dans le Protocole portant création de l’Union Douanière de la Communauté Est Africaine (articles : 29, 31 & 32)

La politique sur les Zones Economiques Spéciales (ZES) de la Communauté Est Africaine (CEA) en cours d’élaboration définit une ZES comme étant un espace ou une partie du territoire douanier, géographiquement délimité, placé sous une autorité administrative et de gestion, à accès restreint, le cas échéant, où tout bien introduit peut généralement être considéré aux fins de droits et taxes à l'importation comme étant en dehors du territoire douanier. Une ZES est régie par des lois économiques libérales et spécifiques qui octroient plus de mesures incitatives aux investisseurs agréés par rapport à ceux soumis au régime du droit commun.

Une ZES possède une infrastructure développée ou a le potentiel d'être développée pour la conduite de diverses activités jugées d'importance économique. Une ZES peut également fournir des infrastructures essentielles de transport et logistique tels que les ports, les autoroutes, les chemins de fer et les aéroports, des services sociaux ainsi que des zones résidentielles.

Le projet de ZES revêt une importance économique stratégique pour le Burundi considéré comme un carrefour privilégié pour la distribution des marchandises dans l’Est de la République Démocratique du Congo, le Rwanda et la Région de Kigoma en République Unie de Tanzanie. Les autres pays membres de la Communauté Est Africaine notamment le Rwanda, la Tanzanie et le Kenya, se sont déjà dotés de cet outil de promotion des investissements. C’est dans ce contexte que le Burundi a décidé d’adopter les meilleures pratiques qui ont déjà fait leur preuve non seulement dans la Communauté mais aussi dans d’autres pays émergents tels la Chine, l’Inde et l’Egypte.

Pour faciliter la matérialisation de ce projet phare, une commission mixte présidée par le Directeur de l’Agence de Promotion des Investissements est mise en place afin d’identifier le terrain et définir le cadre administratif et juridique dudit projet.