L’API, à la rencontre des opérateurs du secteur de transport

L’API, à la rencontre des opérateurs du secteur de transport

Vendredi le 30 mars 2018, le Service Appui et Assistance aux Investisseurs à l’Agence de Promotion des Investissements (API), a rencontré les opérateurs du secteur de transport pour échanger sur la facilité de faire des affaires au Burundi dans ce secteur. Les invités étaient les représentants d’ITRACOM, MEMENTO, YERA LINE COACH, VOLCANO, AFOBUCO, AMOTABU, ATRABU, et le Directeur Général de Transport au Ministère ayant le transport dans ses attributions.

Selon Dieudonné MURENGERANTWARI, Chef de Service Appui et Assistance aux Investisseurs, cette rencontre avait pour objectif de renforcer la coopération et de partager l’information avec les investisseurs afin d’avoir une compréhension plus claire pour analyser les besoins, les attentes, les contraintes dans ce métier. Ces échanges permettaient d’identifier les problèmes communs auxquels sont confrontés opérateurs du secteur de transport dans le but de proposer des réponses adéquates aux autorités compétentes. « La rencontre vise également à démontrer la volonté et l’engagement de l’API à offrir l’appui et assistance aux opérateurs du secteur de transport », a précisé le Chef de Service Appui et Assistance aux Investisseurs.

TRANSPORT

M. Dieudonné MURENGERANTWARI, Chef de Service Appui et Assistance aux Investisseurs et Monsieur Consolateur NITUNGA, Directeur Général de Transport

Le Directeur Général de Transport, Monsieur Consolateur NITUNGA a remercié l’API pour cette initiative d’organiser cette rencontre avec le secteur de transport, le secteur le plus important dans les exportations. Le Directeur Général a rappelé aux transporteurs de respecter les tarifs fixés par la commission conjointe. « C’est dommage de voir les transporteurs des véhicules qui vont à l’intérieur du pays, majoré les tarifs de 400 francs burundais. Un jour, vous vous verrez demander à rembourser cette somme supplémentaire au trésor public. Conformez-vous au règlement en vigueur », a-t-il martelé.

Pendant les échanges, les opérateurs dans le secteur de transport ont exprimé les problèmes qu’ils ne cessent de rencontrer dans l’exécution de leur profession. Il s’agit entre autres la problématique de l’acquisition des bus de transport dits « main-droite » depuis que le Gouvernement, en 2008 a interdit l’entrée des bus « main-gauches » sur le territoire Burundais. « Le charroi de transport en commun est trop vieux et actuellement nous n’avons pas des moyens suffisants pour acheter les bus dits « main- droite ». Nous demandons au Gouvernement de nous accorder des exonérations pour que nous puissions importer des bus main-droite » s’exprimait l’un des opérateurs.

Participants

Les participants à l'Atelier

Toutefois, ceux œuvrant dans le transport international ont affirmé que leur travail ne rencontre pas beaucoup de difficultés. Ils ont juste recommandé que les droits de douane sur les camions remorques et la TVA soient supprimés. Le Directeur Général de Transport a révélé que 4 gare-voyageurs seront bientôt aménagées pour faciliter le transport international. Il a aussi demandé aux investisseurs de ce secteur, de s’intéresser au transport international sur le Lac Tanganyika

Messieurs Dieudonné MURENGERANTWARI et Consolateur NITUNGA respectivement Chef de service Appui et Assistance aux Investisseurs et Directeur Général de transport, ont conseillé les opérateurs du secteur de transport  local qui souhaitent avoir des exonérations sur l’importation des bus exigés par le Gouvernement de mettre leurs forces ensemble, c’est-à-dire de former une grande association afin d’accroître leur capital et cela leur permettra de satisfaire les exigences du Code des Investissements en matière des avantages accordés. Par ailleurs, ce conseil leur a été prodigué dans le sens où ils pourraient bientôt être en concurrence avec d’autres entreprises de droit étranger, qui commencent à s’intéresser à ce secteur au Burundi.

Le Chef de Service Appui et Assistance aux Investisseurs a conclu la réunion en promettant que les préoccupations et recommandations des opérateurs du secteur de transport seront compilées et envoyées aux décideurs afin qu’elles trouvent une issue favorable et les transporteurs seront tenus informés.