Remise et reprise entre MM. Didace NGENDAKUMANA et SENTORE Léonard à la tête de l’API

Remise et reprise entre MM. Didace NGENDAKUMANA et SENTORE Léonard à la tête de l’API

Ce Lundi 20 novembre 2017, à l’Agence burundaise de Promotion des Investissements (API), s’est tenue une cérémonie de remise et reprise entre le Directeur sortant Monsieur Didace NGENDAKUMANA et le Directeur entrant Monsieur SENTORE Léonard. L’Assistant du Ministre ayant la Planification dans ses attributions, Monsieur Jean Bosco NTAHIMPERA et la Présidente du Conseil d’Administration de l’API Madame Viola NSABIMANA ont réhaussé de leur présence ladite cérémonie.

De Gauche à Droite: M. Jean Bosco NTAHIMPERA, Assistant du Ministre à la Présidence chargée de la Bonne Gouvernance et du Plan ; M. Didace NGENDAKUMANA, Directeur sortant ; M. Léonard SENTORE, Directeur entrant, et Mme Viola NSABIMANA la Présidente du Conseil d’Administration de l’API

L’Assistant du Ministre de tutelle a tenu à préciser que Monsieur Didace NGENDAKUMANA est un bon travailleur qui, selon les divers rapports, pendant les 22 mois a très bien presté, d’où il vient d’être nommé Directeur  Financier de l’Autorité de Régulation de la Filiale Café (ARFIC).

Le Directeur sortant Monsieur NGENDAKUMAMA a remercié vivement S.E Monsieur le Président de la République qui lui avait fait confiance pour occuper le poste de Directeur de l’API et qui vient de le nommer à une autre fonction au service de la Nation. Il n’a pas manqué d’occasion de remercier tout le personnel de l’API qui travaille avec beaucoup d’abnégations.

M. Didace NGENDAKUMANA, Directeur sortant donnant le Procès-Verbal de Remise et Reprise à M. Léonard SENTORE, Directeur entrant

Parmi les grandes réalisations, Monsieur NGENDAKUMANA a cité l’élaboration et la publication du Guide d’exportation ainsi que le Guide de l’investisseur. Quant aux grands chantiers qui n’étaient pas encore achevés, il a évoqué l’informatisation du Guichet Unique afin de faciliter la création d’entreprise à distance pour les investisseurs étrangers, la traduction du site officiel de l’Agence en Anglais et l’adaptation des statuts et autres textes réglementaires de l’API.

Le nouveau Directeur Monsieur SENTORE a félicité son prédécesseur pour le travail déjà abattu et a promis de faire le tout possible pour achever les projets en cours et en élaborer d’autres, qui vont attirer plus d’investissements étrangers, tout en se basant sur des opportunités offertes par les diverses communautés régionales dont le Burundi fait partie. Monsieur SENTORE a souligné que tout cela sera possible grâce au soutien indéfectible du Ministère de tutelle à savoir le Ministère à la Présidence chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan, ainsi que celui du Conseil d’Administration de l’Agence.

Il sied de signaler qu’avaient participé à cette cérémonie les membres du Conseil d’Administration, le personnel de l’API ainsi que des journalistes qui ont couvert cet événement.   

East African Community (EAC) amid Food Security Policy instruments validation process.

East African Community (EAC) amid Food Security Policy instruments validation process.

On 2nd and 3rd November 2017, the EAC Secretariat  organized a National Consultation workshop on Food Security Action Plan (FSAP 2017/18-2021/22) and Food and Nutrient Security Strategy (FNSS 2017/18-2021/22).

The Investment Promotion Authority (API) was represented by Mr Jean Claude CIBOGOYE, Chief of the Export Promotion Division at the  2 day workshop. Those activities are being carried out  in all EAC Partner States stakeholders, allowing them to review the above -metioned food security policy instruments before final validation.

ParticipantsThe participants

Mr. Jean Claude Niyongendako, Advisor in charge on Agriculture and Food Security, in the Office of the President, Responsible for EAC Affairs, chaired the opening session. In his remarks, Mr. Niyongendako welcomed the participants and thanked them for attending the meeting. He informed the meeting that food security was one of the major issues for EAC integration and that people needed to eat good and nutritious food in order to be productive and contribute to the development of the region. He further thanked EAC for developing the strategy and USAID Trade and Investment Hub for supporting the initiative. He encouraged the participants to actively participate in the deliberations.

Mr. Fahari Marwa and Mr. Protase Echessah, representing the EAC Secretariat, and USAID East Africa Trade and Investment Hub, respectively delivered their remarks, ensuring support and commitment to the success of the policy instruments under review.

ParticipantsThe participants

“Food and Nutrition Security Strategy provides a framework for operationalizing the EAC Food and Nutrition Security Policy which has the overall goal of ensuring food security and adequate nutrition for the people of East African Community, while the EAC Action Plan (FSAP) lays the foundation for EAC Partner States to tackle the multi-faceted food and nutrition security issues using a regional multi-sectoral approach in order to achieve  the four dimensions of food security namely ; availability, access, utilization and stability  through enhanced productivity and efficient intra-regional trade.” said Mr. Fahari.

The representative of API was pleased to take part in the validation process of the two policy instruments on food security. In fact, the EAC policy on food security considers agriculture as the driver of the EAC economy. This is particularly the case for Burundi.

Therefore, the two policy instruments are relevant to what API considers to be a priority and strategic sector.
After the introductory remarks, participants broke into two sub-groups to work on the review of the two documents simultaneously and comments and recommendations were submitted to the EAC secretariat in respective reports from the groups.

The representatives of the EAC secretariat and the consultants thanked the stakeholders for the active participation and promised to integrate all the observations from participants, in the documents under review.

 

Newsletter N⁰18

Chers lecteurs, la Newsletter N⁰18 version française et anglaise est disponible maintenant.

Cliquez sur les photos pour consulter

 

NL18FR NL18EN
Newsletter N⁰18 version française Newsletter N⁰18 version Anglaise

 

Vous pouvez consulter toutes les Newsletters sur ce lien Newsletters

Café de presse : les réalisations de l’API sont satisfaisantes

 Café de presse : les réalisations de l’API sont satisfaisantes

L’Agence Burundaise de promotion des Investissements (API) a organisé un café de presse vendredi le 20 octobre 2017 à son siège sis au Boulevard du 28 novembre. Ledit café de presse était consacré aux réalisations du troisième trimestre de l’année 2017. Le Directeur de l’API, Monsieur NGENDAKUMANA Didace qui a présenté ce bilan trimestriel a indiqué que les grandes réalisations sont entre autres le renforcement des capacités des cadres de l’API, la promotion des exportations, la révision du cadre légal relatif aux investissements, la publication du Guide de l’investisseur .

CEO Monsieur NGENDAKUMANA Didace, Directeur de l’API

Ainsi dans le cadre de promotion des investissements, M. NGENDAKUMANA a annoncé que l’API vient de publier un Guide de l’investisseur, un document très important pour le pays dans le domaine des investissements car, a-t-il poursuivi, il décrit le Burundi avec ses atouts géographiques et ses opportunités d’affaires tout en donnant toutes les informations indispensables à la vie d’une entreprise depuis sa création. Pour lui, ce document vient répondre à un grand besoin de facilitation de la promotion des investissements, et comme il est disponible en ligne, cela offre un plus grand accès aux informations, ce qui améliore par conséquent la bonne gouvernance.

Par ailleurs, un renforcement des capacités des cadres de l’Agence a été effectué dans le but d’attirer des Investissements Directs Etrangers de haute qualité qui s'harmonisent avec le programme de développement et les politiques de promotion des investissements.  L’API a donc organisé avec l’appui de l’USAID à travers le Centre de commerce et d'investissement de l'Afrique de l'Est (EATIH), deux formations intitulées « les meilleures pratiques » et « Investment profiling ».

Dans ce même cadre de promotion des investissements, l’API a participé dans l’organisation des foires dénommées « Kenya Trade, Investment and Cultural Expo » et la « Tanzanian products Exhibition ». En marge de ces foires, des Business fora ont été organisés et ont vu la participation des hommes et femmes d’affaires de ces pays et Burundais, ainsi que des hautes autorités des 3 pays.

PartcipantsLes partcipants

A propos de la révision du cadre légal, le Directeur de l’API a évoqué l’atelier organisé à l’intention des investisseurs ayant reçu les avantages liés au Code des investissements sous le thème « Cadre légal de gestion et d’octroi des incitations fiscales et douanières aux investisseurs ». Le but de cet atelier était de s’enquérir de la perception et l’appréciation par les bénéficiaires directs, des services offerts, ce qu’il y a à corriger, et de revoir la façon dont les avantages sont accordés en vue d’harmoniser leur gestion et leur octroi d’une part, d’éviter au maximum les détournements ou l’utilisation abusive des biens reçus en exonération, d’autre part.

ParticipantsLes participants

Suite à cet atelier, l’API a organisé une retraite regroupant les institutions gouvernementales afin d’analyser ensemble le projet du nouveau Code des Investissements et y apporter des précisions nécessaires. En effet, ce nouveau Code permettra de regrouper plusieurs lois relatives à l’investissement dans un seul document. De plus, il sera en harmonie avec d’autres lois de la Communauté Est Africaine. « Après cette retraite effectuée par les cadres du Gouvernement, le projet du Code issu de la retraite, a été envoyé au représentant du secteur privé, à savoir la CFCIB, pour leur validation.  Actuellement, il a été transmis à notre Ministre de tutelle afin que le processus continue dans l’objectif qu’il y ait une adoption d’un nouveau Code. » a-t-il dit.


Au cours de ce trimestre, selon Didace NGENDAKUMANA, l’API a également intensifié les rencontres avec des exportateurs en organisant une formation sur les normes et standards internationaux à l’intention des exportateurs et de ceux potentiels, et un séminaire de vulgarisation sur les différentes opportunités d’exportation offertes aux produits burundais et les différents défis.

ParticipantsLes participants

Au niveau du Guichet Unique de création des sociétés, au cours de ce trimestre, l’API a enregistré près de 500 entreprises qui créeront 3335 emplois comme l’ont déclaré ces entreprises, soit une augmentation de 2,8% à la même période de 2016. Au total pour cette année 2017, 1659 entreprises ont été créées. Le directeur de l’API a signalé que parmi les 499 entreprises enregistrées pour ce trimestre, 93,3 % sont des investissements locaux, 4,6% sont des investissements étrangers et 2 % sont des sociétés d’origine mixte. De plus, au cours de ce troisième trimestre de l’année 2017, 6 certificats d’éligibilité aux avantages du Code d’investissements ont été délivrés et le capital prévisionnel de ces 6 projets dépasse 10 milliards de francs burundais. 50% de ces projets sont des investissements directs étrangers et équivalents à plus de 4 milliards de nos francs. Ces projets sont dans des secteurs variés comme l’énergie et mine, les industries, l’agriculture et le tourisme.

Monsieur NGENDAKUMANA Didace a terminé en assurant que par ces réalisations combien satisfaisantes, l’API a su allier la maîtrise de son savoir-faire traditionnel et son développement dans le domaine de la promotion des investissements », ajoutant que « notre souci est de mieux protéger les investisseurs et les inciter à investir à long terme au Burundi. Grâce aux efforts conjugués de tout le personnel nous promettons de continuer sans relâche à asseoir un très bon climat des affaires afin que notre pays soit une destination privilégiée des Investissements Directs Etrangers. Nous y arriverons car nous sommes confiants du soutien indéfectible de notre Gouvernement ainsi que des partenaires nationaux, régionaux et internationaux tant publics que privés ».