Un meilleur cadre légal pour un meilleur climat d’affaires

Un meilleur cadre légal pour un meilleur climat d’affaires

L’Agence de Promotion des Investissements est toujours soucieuse et consciente qu’elle doit doubler ses efforts dans le but d’améliorer davantage ses services envers les investisseurs et d’attirer beaucoup plus d’Investissements Directs Etrangers. C’est ainsi que depuis sa création elle n’a jamais cessé de progresser. Plus de 8000 sociétés ont été enregistrées et plus de 300 ont bénéficié des avantages liés au Code des Investissements.

Néanmoins, malgré ces avancées significatives de nombreux défis restent à relever notamment la mise en place d’un système incitatif performant accompagné d’un cadre de suivi-évaluation sans faille, une redéfinition de politique claire visant la gestion et l’octroi des incitations fiscales et douanières aux investisseurs ainsi que la promotion des exportations.

De G à D : Mme Viola NSABIMANA, La Présidente du Conseil d’Administration de l’API ; M. Didace NGENDAKUMANA, Directeur de l’API ; M. Jean Bosco NTAHIMPERA, Assistant du Ministre à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan et M. NIYONDAVYI Pierre Claver, Vice- Président de la CFCIB

Dans cette perspective, l’Agence de Promotion des Investissements via le Groupe de Travail API/OBR a tenu ce Mardi 18 Juillet 2017, à Best Outlook Hôtel, un atelier à l’intention des investisseurs ayant reçu les avantages liés au Code des Investissements, sous le thème « Cadre légal de gestion et d’octroi des incitations fiscales et douanières aux investisseurs ». Le but de cet atelier étant de s’enquérir de la perception et l’appréciation par les bénéficiaires directs, des services offerts, ce qu’il y a à corriger, et revoir la façon dont les avantages sont accordés en vue d’harmoniser leur gestion et leur octroi d’une part, mais d’autre part, d’éviter au maximum les détournements ou l’utilisation abusive des biens reçus en exonération. Ce fut aussi l’occasion de montrer au public les réalisations de l’Agence pour ses sept ans d’existence, ainsi que les défis rencontrés.

publicLes participants à l’atelier

M. Jean Bosco NTAHIMPERA, l’Assistant du Ministre à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan ; qui a procédé aux cérémonies d’ouverture a indiqué dans son discours que cet atelier vient à point nommé car le Burundi doit réformer ses textes pour attirer plus d’investissements relativement aux autres pays de la région. « Nous interpellons toutes les parties prenantes et surtout les responsables de l’API à conjuguer encore plus d’effort pour faire rayonner l’image du Burundi à travers le monde, montrer la nouvelle facette du pays présentant les atouts et opportunités non encore exploités et intensifier le suivi et l’assistance des sociétés déjà créées qui est d’ailleurs, une des recommandations issues de la retraite du Gouvernement tenue au mois d’avril 2017 à BUKIRASAZI, en Province de GITEGA. » Insiste-t-il.

PublicLes participants à l’atelier

M. l’Assistant du Ministre a aussi indiqué que le résultat attendu de la tenue de cet Atelier, est l’assainissement de la relation entre l’API et les investisseurs ; un cadre légal rigoureux, cohérent et incitatif en harmonie avec la sous-région  ;  une création et proposition des solutions les plus appropriées pour améliorer l’appui et l’assistance offerts par le Gouvernement aux investisseurs et enfin une définition d’une vision partagée du développement du secteur privé et de l’amélioration de la facilité de faire les affaires au Burundi.

intervenantQuelques intervenants à l’atelier

Dans cet atelier, les discussions et recommandations ont tourné autour des présentations que les représentants de l’API et l’OBR ont effectuées. Ils ont retracé les grandes réalisations en matière d’appui et d’assistance aux investisseurs, les procédures d’octroi des exonérations aux investisseurs, le suivi-évaluation des biens exonérés ainsi que les défis rencontrés et des propositions de réformes visant à enrichir et solidifier le cadre légal existant en matière d’incitation fiscale et douanière.

Signalons qu’après cet atelier, il est prévu une retraite de deux jours à l’intérieur du pays pour évaluer les recommandations qui ont été formulées par les participants dans l’atelier afin de formuler les propositions de réformes pouvant être adressées au Gouvernement du Burundi. Plus spécifiquement, elle a comme objectif d’éliminer plusieurs lois pour une même cause « la promotion des investissements » et plusieurs textes d’application échelonnés dans le temps et souvent contradictoires.

 

Investir dans la jeunesse pour des meilleurs futurs décideurs

Investir dans la jeunesse pour des meilleurs futurs décideurs

Du 10 au 11 Juillet 2017, l’Agence burundaise de Promotion des Investissements(API) et la Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi(CFCIB) en partenariat  avec la Coalition des Jeunes en Action(CJA), ) ont organisé, à l’Hôtel Club du Lac Tanganyika  la 1ère Edition du Sommet sur l’Investissement et le Leadership, sous le thème : « INVEST AND LEAD » ,qui  a été suivi d’une tournée d’étude sur les opportunités des affaires dans différents lieux stratégiques , à travers le pays, du 12 au 15 Juillet 2017. 

Affiche

Ce sommet qui a réuni plus de deux cent 200 participants (entrepreneurs locaux, jeunes leaders émergeant dans l’entreprenariat et les leaders du Burundi) avait pour  objectif de partager les idées et d’apprendre des conférences des experts sur les thèmes  liés à l’esprit d'entreprenariat, l’économie durable et le leadership qui pourront guider les participants dans leur travail actuel ainsi que dans leurs décisions d’avenir. Il avait aussi pour but de présenter les opportunités d’investissement présentes dans différents domaines et secteurs du pays.

OFF

Les cérémonies d’ouverture officielle de ce sommet rehaussées, ce lundi  10 juillet 2017, par S.E le Deuxième Vice- Président de la République du Burundi, Dr. Joseph BUTORE, ont vu la participation des  personnalités importantes entre autres les  Ministres, les Représentants du Corps Diplomatique et Consulaire, différentes  Institutions du Gouvernement , une délégation d’hommes d’affaires et hommes des églises venu de Washington DC et du Brésil , des opérateurs économiques, les Représentants des entreprises opérant dans des secteurs variés , la Miss Burundi 2016 et ses dauphines ainsi que le Groupe EXO et le chanteur célèbre Olivier CHEUWA qui ont agrémenté les cérémonies d’ouverture par leurs chansons gospels et prières.

 Freddy   Maire de la ville de Bujumbura, M. Freddy MBONIMPA

Dans son mot d’accueil, le Maire de la ville de Bujumbura, M. Freddy MBONIMPA, a   souhaité la bienvenue à  tous les participants au  Sommet et plus particulièrement à la délégation venu des Etats-Unis d’Amérique et du Brésil pour avoir accepté de se joindre aux burundais et de prêter main forte dans l’organisation et la tenue du Sommet dans la municipalité de Bujumbura ,en vue de parler des grandes questions en rapport avec les préoccupations de la jeunesse en général et la jeunesse entrepreneuriale en particulier. Il a indiqué que l’organisation d’une telle rencontre redore l’image du pays, renforce les relations entre le Burundi et ses partenaires, et permettra aux participants d’acquérir des connaissances qui contribueront au développement du pays.

VP2S.E le Deuxième Vice- Président de la République du Burundi, Dr. Joseph BUTORE

S.E le Deuxième Vice-Président de la République dans son discours d’ouverture, a remercié les organisateurs de cet événement tenu au Burundi, et non en dehors de nos frontières nationales. Il a précisé que de telles initiatives sont louables et en a profité pour inviter les autres leaders Burundais à suivre ce bel exemple.

Il a indiqué qu’au Burundi, les jeunes constituent une force incontournable dans la mesure où elles représentent environ 60 % de la population.  De ce fait, les jeunes restent un facteur déterminant du changement social, du développement économique et technologique. « Je me réjouis que la jeunesse soit au centre des préoccupations de ce Sommet, avec des thématiques attractives comme l’esprit d’entreprise, l’économie durable, et le leadership, en vue d’améliorer les opportunités d’affaires et le leadership. » a-t-il précisé.

ParticipantLes participants au sommet

Dr. Joseph BUTORE est revenu sur les efforts consentis par le Gouvernement du Burundi dans le but de la promotion de la jeunesse burundaise. Ces derniers concernent notamment la mise sur pied de la politique nationale de la jeunesse, pour la période 2016-2026, l’élaboration du Plan Stratégique pour l’autonomisation et le développement de la jeunesse pour la période de 2016-2020,le renforcement des capacités des associations des jeunes, la construction et l’opérationnalisation des Centres pour la Lecture et l’Animation Culturelles (CLAC) dans toutes les communes du pays, et a souligné qu’ une banque des jeunes  pourra voir le jour pour leur faciliter les affaires et les projets d’investissement. 

Il a salué les initiatives de l’API notamment pour son appui et assistance régulier aux investisseurs ainsi que le soutient aux jeunes dans le renforcement des capacités en entrepreneuriat. Dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires, a indiqué que le Burundi a déjà franchi des pas importants et compte parmi les meilleurs pays réformateurs   en Afrique sub-saharienne ou il est classé 1er, et 18ème au niveau mondial sur l’indicateur de Création de Sociétés. 

S.E le Deuxième Vice-Président de la République a aussi précisé   que le Burundi regorge de multiples opportunités non encore exploitées et a invité la jeunesse et les investisseurs tant nationaux qu’étrangers à les exploiter. 

ReubenDr Reuben Egolf, Président du United States Global Leadership Council (USGLC)

Le Chef de la délégation, le Dr Reuben Egolf, Président du  United States Global Leadership Council (USGLC), une société qui cherche à influencer les nations par le développement des affaires et le leadership mondial à saluer l’initiative des organisateurs du sommet et à indiquer dans son discours que leur présence au Burundi a pour but d’investir dans la population afin de construire une économie prospère « I have seen and admired the beauty of Burundi » A t- il ajouté. 

Pour la journée du 11 Juillet, deux ateliers parallèles, l’un consacré aux hommes d’affaires locaux et les jeunes entrepreneurs, et l’autre aux jeunes leaders ont été tenus dans le but de créer une plate-forme d'échange entre les experts, les entrepreneurs et les jeunes leaders dans leurs groupes respectifs. Après plusieurs présentations, témoignages et une séance   de questions- réponses dans les groupes respectifs, des recommandations ont été formulées.

MinDe Gauche à Droite : M. Audace NDAYIZEYE, Président de la CFCIB; Ir Serges NDAYIRAGIJE, S.E le Ministre à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan et M. Freddy MBONIMPA Maire de la Ville de Bujumbura

Les cérémonies de clôture ont été rehaussées par la présence de son S.E le Ministre à la Présidence Chargé de la Bonne Gouvernance et du Plan, en compagnie du Maire de la Ville, M. Freddy MBONIMPA et d’autres hautes personnalités. Une tournée d’étude sur l’opportunité des affaires dans différents lieux stratégiques à travers le pays est en cours.

A titre d’information, la délégation venue de Washington DC et du Brésil a eu l’occasion de visiter le stand de l’API et les autres stands des produits locaux à l’occasion de la Foire des produits Made in Burundi, organisée par le Ministère du Commerce, en partenariat avec l’Agence de Promotion des Investissements et la Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi.

VisiteLe Directeur de l'API, M. Didace NGENDAKUMANA avec la délégation venue des Etats-Unis lors de la visite de la foire « Made in Burundi » 

 

Foire des Produits made in Burundi : Le Burundi regorge des trésors

Foire des Produits made in Burundi : Le Burundi regorge des trésors

Dans l’optique de promouvoir les produits fabriqués au Burundi, le Ministère du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme a organisé du 30juin au 9 juillet 2017 en partenariat avec  l’Agence burundaise de Promotion des Investissements (API) et la Chambre Fédérale de Commerce et d’Industrie du Burundi( CFCIB ), une Foire( exposition-vente) dénommée « Made in Burundi », édition 2017, aux terrains Tempête situé à l’Avenue du Large, au Sud- l’Ouest Bujumbura, la capitale.

Les cérémonies d’ouverture officielle de cette foire ont eu lieu Mardi  4 juillet 2017 et ont été rehaussées par la présence de S.E le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi, Dr Joseph BUTORE, accompagné d'autres personnalités importantes que sont les Parlementaires, les Ministres, les diplomates accrédités à Bujumbura ainsi que les opérateurs économiques.

FoireOuverture de la Foire "Made in Burundi" par  S.E le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi, Dr Joseph BUTORE

Dans son mot d’accueil, le Maire de la ville de Bujumbura, M. Freddy MBONIMPA, a indiqué que la tenue de  cette édition est une occasion pour les producteurs, non seulement d’exhiber et de vendre leurs  produits mais aussi de faire connaitre au public, l’existence des produits locaux (produits made in Burundi) et d’échanger les expériences. M. MBONIMPA a clôturé ses propos en invitant la population burundaise à venir massivement à cette exposition-vente en vue de promouvoir les produits « made in Burundi ».

FoireVisite des stands par S.E le Deuxième Vice-Président de la République du Burundi, Dr Joseph BUTORE

Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et du Tourisme, Mme Pilate NIYONKURU, a signalé que l’idée de cette foire « Made in Burundi » s’inscrit dans le cadre du Gouvernement dans le but de l’évaluation du pas franchi par les entreprises burundaises dans la production de divers produits locaux. Elle a remercié vivement tous ceux qui ont contribué à la réussite de cet événement, notamment ceux qui l’ont préparée et ceux qui l’ont sponsorisée. Mme le Ministre a précisé que cette foire sera une occasion pour ceux qui travaillent dans l’informel de quitter leur isolement  et travailler dans le formel. Elle a demandé à ceux qui n’ont pas encore certifié leurs produits d’approcher le Bureau burundais de normalisation (BBN) pour pouvoir travailler dans la légalité et s’offrir des opportunités d’exporter.

FoireLes différents stands de la Foire "Made in Burundi"

Dans son discours d’ouverture, S.E le Deuxième Vice-Président de la République a livré un message de félicitation de S.E le Chef de l’Etat au Ministère du Commerce et les organisateurs pour avoir traduit en action cette idée d’organiser une foire des produits « Made in Burundi ». Il a indiqué que cette foire est un indicateur que la vie nationale est au bon point et que les entrepreneurs et investisseurs tant nationaux qu’étrangers peuvent investir au Burundi et prospérer dans leurs affaires sans inquiétudes car, a-t-il affirmé, la paix et la sécurité sont  devenues une réalité, après la période de turbulences que vient de traverser le Burundi.

S.E le Deuxième Vice-Président de la République a souligné que cette foire est aussi une occasion de remarquer les secteurs jusque-là  délaissés et d’inviter les investisseurs à les explorer. Il a  exhorté les investisseurs étrangers à venir exploiter les opportunités présentes dans presque tous les secteurs du Burundi, tout en invitant les Burundais à quitter l’économie informelle vers l’économie formelle. Il a enfin tranquillisé la population burundaise et les investisseurs en particulier que le problème du courant électrique sera résolu  très prochainement. 

FoireLes différents stands de la Foire "Made in Burundi"

Signalons que cette Foire-exposition a vu la participation des opérateurs du secteur agricole des produits artisanaux, des produits textiles, du domaine de transformation des produits agricoles, de producteurs des matériaux de construction, des producteurs des accessoires et équipements variés. Participaient également à cette exposition-vente, des établissements offrant des services divers, institutions bancaires et assurances, les centres hospitaliers, les centres d’enseignements spécialisés, les agences de voyages, du tourisme, de transport aérien et routier ainsi que les compagnies de communication et de téléphonie  mobile.

L’API soutient l’investissement dans la technologie d’irrigation « goutte-à-goutte »

L’API soutient l’investissement dans la technologie d’irrigation « goutte-à-goutte »

L’Agence burundaise de Promotion des Investissements (API) est consciente de la problématique d’adaptation de la production agricole aux changements climatiques, surtout  durant la période dite « saison sèche ».  C’est dans ce contexte qu’elle ne cesse d’encourager et soutenir les efforts d’investissements  allant dans le sens d’investir  dans le développement des centres semenciers et ainsi améliorer les conditions de vie de la population en général, et des ménages rurales vulnérables en particulier.

Jeudi, 29 Juin 2017, une délégation du Service Appui et Assistance aux Investisseurs de l’API a effectué une  mission de travail  au centre semencier situé à KIGUFI, Commune MARANGARA  de la Province de NGOZI. Comme il a été constaté par la délégation de l’Agence, plus de 6 hectares ont été cédées par l’administration aux communautés/associations locales pour essayer la vulgarisation de cette technique d’arrosage goutte-à-goutte des  légumes et d’autres cultures vivrières surtout maraichères.

VisiteVisite des champs par la délégation de l'API

L’expertise disponible

M. MAHESH Brahmbhattt  est un entrepreneur qui  veut investir dans le domaine de production, commercialisation et vulgarisation du matériel aidant dans l’irrigation goutte-à-goutte. Il a déjà fourni du matériel à l’ONG allemande  Welt Hunger Hilfe   qui opère actuellement dans les communes  de Tangara, Marangara, Nyamurenza et Kiremba de la province Ngozi. L’ONG a pour objectif de contribuer   à la  diminution de la vulnérabilité de la population  aux effets négatifs de changements climatiques.  Selon un agronome local trouvé sur place, la technique  d’irrigation  goutte-à-goutte est possible, facile et pas chère. En effet, elle n’exige ni un minimum de superficie à arroser, ni une capacité minimale des réservoirs à utiliser. Elle requiert seulement des tuyaux  principaux et  secondaires spécialisés dans l’irrigation. « Cette technique  est mieux que celle d’arrosage à la main », renchérit-il.

Visite

Par cette technique, il devient  très facile d’appliquer aux plantes les bio-fertilisants à travers l’eau irriguée, ce qui réduit le temps utilisé tout en augmentant la qualité des produits agricoles et la production. Par conséquent, les ménages ne sont plus sujets des famines cycliques durant la saison sèche. « Comme il est beau de voir les champs de cultures toutes vertes en cette saison sèche ! », se réjouit un des paysans rencontrés sur la colline à KIGUFI, Commune MARANGARA  de la Province de NGOZI.